Comment les politiques d’urbanisation se traduisent-elles dans le paysage urbain : une approche par les métriques spatiales

Printer-friendly version

Cette étude s’inscrit dans un projet plus vaste d’analyse d’évolution des modes d’occupation des sols en région Île-de-France. Démontrant une évolution contrastée entre la petite et la grande couronne autour de Paris, la tendance actuelle est au recul des zones rurales au profit des zones urbanisées. Les cinq villes nouvelles (Cergy-Pontoise, Évry, Marne-la-Vallée, Sénart, Saint-Quentin-en-Yvelines), résultat d’une forte planification urbaine menée depuis les années 60, et créées pour rééquilibrer le maillage régional, présentent des profils urbains particuliers et une organisation spatiale de leur territoire différente des autres communes dont le développement a suivi les grandes tendances urbanistiques de l’après-guerre (politique de construction de grands ensembles puis apparition de la maison individuelle en lotissement). Une comparaison entre la ville nouvelle d’Évry et la ville de Longjumeau, située en grande couronne et caractérisée par un grignotage de l’espace rural par l’h...

See original: VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement Comment les politiques d’urbanisation se traduisent-elles dans le paysage urbain : une approche par les métriques spatiales