Médicaments dangereux : 68 médicaments que vous ne devriez pas prendre

Printer-friendly version
29/01/2017 18:51
Europe/Paris

La revue Prescrire vient de publier la mise à jour de la liste des médicaments à écarter. Plus de 60 médicaments commercialisés en France dont le rapport bénéfice-risque les rend plus dangereux qu'utiles.
liste des médicaments dangereux

Dans son dernier numéro, la revue Prescrire (une revue médicale indépendante) publie la liste des 68 médicaments commercialisés en France mais qu'elle juge plus dangereux qu'utiles car ils exposent les patients à des risques disproportionnés. Il s'agit :

− de médicaments anciens dont l'utilisation est dépassée, car d'autres ont une balance bénéfices-risques plus favorable ;

− de médicaments récents, dont la balance bénéfices-risques s'avère moins favorable que celle de médicaments plus anciens ;

− de médicaments dont l'efficacité n'est pas prouvée au-delà d'un effet placebo, et qui exposent à des effets indésirables graves.

« Ces médicaments, plus dangereux qu'utiles, n'ont pas de raison valable de rester sur le marché » explique la revue.
La liste des 68 médicaments

En cancérologie : le catumaxomab (Removab) ; le panitumumab (Vectibix) ; la trabectédine (Yondelis) ; le vandétanib (Caprelsa) ; la vinflunine (Javlor).

En cardiologie : l'aliskirène (Rasilez) ; le fénofibrate (Lipanthyl ou autre) ; le bézafibrate (Befizal) et le ciprofibrate (Lipanor ou autre), l'ivabradine (Procoralan) ; le nicorandil (Adancor ou autre).

En dermatologie et allergologie : le tacrolimus dermique (Protopic) ; la méquitazine (Primalan) ; la prométhazine injectable (Phénergan).

En diabétologie-nutrition : la linagliptine (Trajenta et associée avec la metformine dans Jentadueto) ; la saxagliptine (Onglyza et associée avec la metformine dans Komboglyze), la sitagliptine (Januvia, Xelevia, et associée avec la metformine dans Janumet, Velmetia) ; la vildagliptine (Galvus, et associée avec la metformine dans Eucreas) ; l'orlistat (Xenical ou autre).

En rhumatologie et douleur : le célécoxib (Celebrex) ; l'étoricoxib (Arcoxia) ; le parécoxib

(Dynastat) ; la floctafénine (Idarac) ; le kétoprofène en gel (Ketum) ; le piroxicam (Feldène ou autre).

Prescrire rappelle que le paracétamol est l'antalgique de premier choix : il est efficace dans les douleurs modérées et présente peu de danger quand sa posologie est respectée. Certains antiinflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels l'ibuprofène (Brufen ou autre) ou le naproxène (Naprosyne ou autre), à la plus petite dose efficace et pour une durée la plus courte possible, sont une alternative.

Ostéoporose : le dénosumab (Prolia) ; le strontium ranélate (Protelos).

Arthrose : l a diacéréine (Art 50° ou autre) ; la glucosamine (Voltaflex° ou autre).

Rhumatologie : le méthocarbamol (Lumirelax) ; le thiocolchicoside (Coltramyl ou autre) ; la quinine (Hexaquine, Okimus, Quinine vitamine C Grand) ; la spécialité Colchimax° (colchicine

+ poudre d'opium + tiémonium) en raison de la présence de la poudre d'opium ; l'association dexaméthasone + salicylamide + salicylate d'hydroxyéthyle (Percutalgine) ; l'association prednisolone + salicylate de dipropylène glycol (Cortisal).

En gastro-entérologie : la dompéridone (Motilium ou autre) ; le dropéridol (Droleptan) ; le prucalopride (Resolor).

En gynéco-endocrinologie : la tibolone (Livial).

En hématologie : le fer dextran (Ferrisat).

En infectiologie : la moxifloxacine (Izilox) ; la télithromycine (Ketek).

En neurologie. Maladie d'Alzheimer : le donépézil (Aricept ou autre), la galantamine (Reminyl ou autre), la rivastigmine (Exelon ou autre) ; la mémantine (Ebixa ou autre).

Divers : La flunarizine (Sibelium) ; l'oxétorone (Nocertone) ; la tolcapone (Tasmar).

En pneumologie-ORL : les décongestionnants vasoconstricteurs par voie orale et nasale (l'éphédrine, la naphazoline, l'oxymétazoline, la pseudoéphédrine et le tuaminoheptane) exposent à des troubles cardiovasculaires graves voire mortels.

L'omalizumab (Xolair) ; la pholcodine ; la pirfénidone (Esbriet) ; le tixocortol (associé avec la chlorhexidine dans Thiovalone).

En psychiatrie. Antidépresseurs : l'agomélatine (Valdoxan) ; la duloxétine (Cymbalta) ; le milnacipran (Ixel ou autre) ; la tianeptine (Stablon).

Autres psychotropes : l'asénapine (Sycrest) ; la dapoxétine (Priligy) ; l'étifoxine (Stresam).

Sevrage tabagique : la bupropione (Zyban) ; la varénicline (Champix).

Source: http://www.topsante.com/medecine/medecine-divers/medicaments/soigner/med...